longue vie aux objets !

L’idée de moins gaspiller et moins polluer semble faire son chemin et infuser jusqu’aux sphères gouvernementales : l’État, par l’intermédiaire de l’ADEME, vient de lancer une campagne médiatique, plutôt futée et décalée, pour inciter la population à agir de façon plus responsable. Un site Internet vient en appui de cette campagne : https://longuevieauxobjets.gouv.fr/

Il propose un annuaire de lieux et solutions pour « allonger la durée de vie des objets ».

La Coop 5 pour 100 y figure en bonne place quand on cherche, dans la région caennaise, à donner un objet pour cette raison.

11 commentaires

  • Bonsoir
    Cette idee de longue vie aux objets ne vous choquent elle pas ?
    A mon avis (et ce n’est que le mien) ne faudrait il pas envoyer cettz campagne de pub aux fabricants ??
    Ce n’est certainemznt pas nous (les consommateurs) qui avons demander l’obsolescence programmee du materiel !!
    Comment expliquer vous qu’une perceuse a percussion que mon beau pere m’as donne marche encore tres bien (date de fabrication 1986) alors que dans mon quotidien avec le meme outils (de la meme marque) je ne tiens pas 18 mois (en ayant a quelque chose pres la meme utilite)
    Bref je ne pense pas que ce soit a nous de devoir se preter,louer, etc…
    Les objets
    Mais plutot aux fabricants de concevoir pour que ca dure dans le temps !!!

    • Cette campagne serait (est) choquante si elle avait pour but de culpabiliser les individus et de leur faire croire que la destruction de la planète ne dépend que d’eux.
      La loi sur la transition énergétique et l’ordonnance n°2016-301 du 14 mars 2016 fait de l’obsolescence programmée (qu’il est encore difficile de caractériser car les fabricants sont « malins »…) un délit et son application est bien peu mise en actes.
      S’il n’y avait pas d’obsolescence de nos objets, l’idée de se les prêter ou de louer ponctuellement un outil n’en reste pas moins intéressante, pour limiter le nombre d’objets fabriqués ; à moins que les mots mutualisation et socialisation soient devenus des gros mots de l’idéologie individualiste.

    • Le gouvernement se dédouane en se donnant bonne conscience !… Et ça donne du boulot a un jeune énarque surpayé!

  • Bonjour,

    Tout cela est très bien pour sensibiliser la population, mais les petits pas ne suffiront pas.
    Alors à quand un gouvernement qui agit de façon plus responsable ???

    Catherine

    • Le gouvernement, d’accord, les instances internationales, les entreprises, les associations, etc. mais aussi les individus ; toutes les instances sociales et leurs membres doivent être responsabilisés.

      • Bonjour ,

        Le risque d’attendre seulement une action du gouvernement et encore plus des fabricants pour faire des grands pas, c’est que rien ne se passe… y-ont-ils intérêt?

        Prenons les choses en main en créant nos lieux de citoyenneté économiques et en les faisant vivre et se pérenniser.

        La coop 5 pour 100 c’est peut être un petit pas pour le territoire mais c’est un exemple d’économie solidaire:

        – impact réduit sur l’environnement: promotion de produits d’AB, locaux, en vrac, mais aussi issus du réemploi; fourniture d’energie par enercoop; on consomme un peu de fuel pour notre camion mais on fait un max de recup pour ne pas encore ponctionner l’environnement

        – impact réduit sur les questions de spéculation financière: nos banques sont la NEF et le crédit coopératif, pas de financement autre que celui de nos membres, nos marges sont fixées juste pour couvrir nos charges et pas plus, nous nous fournissons exclusivement auprès d’acteurs de l’ESS suivant notre charte

        – équité dans les échanges et la répartition de la richesse: nos services sont ouverts à tous, pas de rémuneration du capital, pas d’intéressement, les 11 salariés en auto-gestion sont tous payés au même salaire horaire choisi ( SMIC +10%), on ne discute pas les prix de nos fournisseurs producteurs, on ne fait pas de « pub »,

        – la Coop 5 pour 100 est « un commun » géré par ses travailleurs (tous statuts confondus: salariés, usagers et partenaires). Organisation horizontale sans structuration hiérarchique. Elle est un outil de travail qui est aussi mis à disposition de ses partenaires du territoires (assos, collectifs, etc..)

        L’idée n’est pas de culpabiliser les citoyens-consommateurs mais qu’ils prennent la mesure de leurs choix: et si déjà nous arrêtions de faire vivre les entreprises fructifiant sur l’exploitation des hommes et de la planète en ne travaillant plus pour elles ou en arrêtant d’y laisser notre argent?

        a bientôt

        Laetitia

    • Quand ? Quand on aura fait ce qu’il faut pour le changer. Quand on aura convaincu une majorité de votants d’arrêter de voter pour les productivistes qui n’ont que faire de l’environnement et de celles et ceux qui y vivent et y vivront.

      • Les productivistes s’arrêteront de produire trop quand on arrêtera d’acheter trop. C’est ça le commerce , et des acheteurs exigeants achètent peu mais solide.

    • Oui, mais dire que ça ne sert à rien avant d’essayer ça me coupe les bras…

  • Ayant vu la pub sur longue vie aux objets, j’ai visité plusieurs sites sur le sujet mais j’avoue que je n’ai pas compris toutes les possibilités de ce système. Pourriez vous l’indiquer un site exhaustif sur la question?
    Cordialement
    Sofie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bloqueur d’Indésirables WordPress par WP-SpamShield

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.