L’Ademe tousse, la Coop à la rescousse

Ce mercredi 26 avril 2018, l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) publie une étude d’où il ressort que nous devons consommer mieux et moins.

Elle pousse un cri d’alarme relatif à notre suréquipement : les ménages possèdent en moyenne 99 équipements électriques et électroniques (Spontanément, les gens déclarent en avoir 34…). “l’ensemble des équipements, meubles et électroménagers présents dans la maison pèse en moyenne 2,5 tonnes”. Pour fabriquer ces 2,5 tonnes d’équipements, “il a fallu mobiliser 45 tonnes de matières premières” et “le CO2 émis pendant tout le cycle de fabrication est de 6 tonnes de CO2”, soit l’équivalent de 6 allers-retours Paris-New York.

Parmi les conseils qu’elle liste pour prolonger la durée de vie de nos équipements, l’ADEME propose de donner les appareils dont on ne veut plus ; c’est là que la Coop 5 pour 100 intervient, dans la région caennaise.

La Coop 5 pour 100 récupère vos appareils et autres objets, en état de marche ou facilement réparables, qu’elle réinjecte à prix très abordables dans le circuit de consommation, dans son magasin solidaire situé Cours Montalivet à Caen.

Vous pouvez venir les déposer directement aux heures d’ouverture du magasin.

Vous pouvez nous solliciter pour enlever à domicile vos meubles.

Vous pouvez les déposer pour la Coop à la déchetterie de Fleury-sur-Orne.

Vous pouvez aussi passer par le biais des UTILOTROC et des collectes éphémères dont nous sommes partenaires.

29 septembre : la fête des possibles à la Coop

Samedi 29 septembre de 10h à 17h, c’est la fête des possibles (https://fete-des-possibles.org/) pour mettre en avant des initiatives citoyennes rendant ce monde plus juste, plus écolo et plus humain.

Pour s’inscrire dans cet évènement national, la Coop organise une journée “spéciale”. Au programme :

  • Chasse au trésor pour découvrir les différents aspects du lieu,
  • Un repas “fin d’été début d’automne” est proposé sur le temps du déjeuner,
  • Braderie à la ressourcerie,
  • En exclusivité : “la chorale éphémère et déjantée de la Coop'”,
  • d’autres animations à venir…

On trouve de tout à la ressourcerie !

Venez visiter le magasin, ouvert à tous, du mercredi au samedi et retrouvez nos petits prix dans tous les rayons : vaisselle, décoration, jardin, bricolage, culture, jeux et jouets, cuisine et salle-de-bain, ameublement, linge de maison, bureau et fournitures, électroménager, hi-fi son et vidéo, le coin “brocante”…

SCIC, kesako ?

SCIC est le sigle pour Société coopérative d’intérêt collectif.

Les SCIC se situent dans le champ de ce qu’on appelle communément l’économie sociale et solidaire.


L’expression économie sociale et solidaire désigne les acteurs et les actrices économiques qui ont pour objectifs de renforcer les solidarités sociales et développer la valeur ajoutée sociale, à partir d’engagements citoyens.
L’économie sociale et solidaire est constituée de coopératives d’utilisateurs et d’utilisatrices (le capital appartient aux usager·ères), de coopératives de production (le capital appartient aux salarié·es-associé·es), de mutuelles, de fondations et d’associations ayant une activité économique au sens large (services marchands, non marchands et/ou non monétaires). [Depuis 2014 et la loi ESS, la famille des entreprises de l’ESS s’est agrandie aux sociétés commerciales qui poursuivent un objectif d’utilité sociale.]

À l’opposé des sociétés classiques de capitaux privés, les acteurs et les actrices de l’économie sociale et solidaire ont pour caractéristiques :

– une gestion démocratique (1 personne = 1 voix),

– un capital collectif et inaliénable,

– la non appropriation individuelle des bénéfices.

L’économie sociale et solidaire intervient en général pour répondre à des besoins délaissés par les services publics et les entreprises privées. Elle cherche aussi à expérimenter de nouveaux “modèles” de fonctionnement de l’économie.

En 2007, l’économie sociale et solidaire représentait près de 10% de l’emploi salarié en France, hors agriculture et 8% des salaires (source INSEE).


Historiquement, l’idée des SCIC est issue d’une réflexion du mouvement SCOP, datant lui-même du 19ème siècle.


Qu’est-ce qu’une SCOP ?

Les salarié·es sont associé·es et actionnaires majoritaires de l’entreprise, dont ils détiennent au moins 51% du capital social et 65% des droits de vote. Ils·elles participent aux choix stratégiques de l’entreprise et décident du partage des bénéfices. Chaque nouveau·elle salarié·e est invité·e à souscrire, s’il le souhaite, à une part du capital et devient alors co-entrepreneur·euse. Ils·elles sont égaux·ales en droits et en devoirs quel que soit le montant du capital investi. Une partie des résultats revient prioritairement aux salarié·es et une autre est attribuée aux réserves de l’entreprise pour assurer la continuité de l’activité.

Depuis 1884, date des premiers chiffres disponibles, jusqu’à aujourd’hui, le nombre de Scop est passé de 51 à 1707 en 2005 puis à 1959 en 2010. Au fil de l’histoire, et malgré des périodes de repli dans les années 50 et le milieu des années 80, l’entrepreneuriat coopératif ne cesse de se développer, 75 à 80 % des Scop sont créées ex nihilo. Les autres sont issues de transmission ou transformation, voire de reprise par les salarié·es en cas de redressement.

Concernant les secteurs d’activité, il n’y a pas de limitation sectorielle. 50 % des Scop sont actives dans le secteur des services, 28 % dans le bâtiment et les travaux publics et 22 % dans l’industrie. Si le secteur des services est plus concerné par les créations de Scop c’est parce que ce sont des activités économiques requérant peu de capital et beaucoup de matière grise. (source www.colibris-lemouvement.org)


L’institution juridique des SCIC, ce nouveau type d’entreprise, est récent, il date de la loi 2001-624 du 17 juillet 2001.


Qu’est-ce qu’une SCIC ?

Créé en 2001, ce statut permet d’associer autour du même projet des acteur·trices multiples : salarié·es, bénévoles, usager·ères, collectivités publiques, entreprises, associations, particuliers… tous types de bénéficiaires et de personnes intéressées à titres divers.

Elle produit des biens ou services qui répondent aux besoins collectifs d’un territoire par la meilleure mobilisation possible de ses ressources économiques et sociales. Elle s’inscrit dans une logique de développement local et durable et favorise donc l’action de proximité et le maillage des acteur·trices d’un même bassin d’emploi.

De plus, elle présente un intérêt collectif et un caractère d’utilité sociale garanti par sa vocation intrinsèque d’organiser, entre acteur·trices de tous horizons, une pratique de dialogue, de débat démocratique, de formation à la citoyenneté, de prise de décision collective et par sa vocation d’organisme à but non lucratif. (source www.colibris-lemouvement.org)


SCOP/SCIC

Le fonctionnement des SCIC est très proche de celui des SCOP : la gestion est démocratique (« une personne = une voix ») et le mode de fonctionnement ne privilégie pas la lucrativité.

L’entreprise appartient là aussi aux salarié·es, mais pas seulement, et c’est là qu’est l’originalité des SCIC, puisque le capital peut être détenu également par les bénéficiaires de l’activité (les client·es, les usager·ères, les fournisseur·euses) et par une troisième catégorie d’actionnaires regroupant des collectivités locales, des bénévoles, des groupes financeurs, etc.

Aucune de ces parties prenantes ne peut avoir la majorité, ce qui implique intrinsèquement un partage des pouvoirs. (source : www.economie.gouv.fr)

Bienvenue à la Coop 5 pour 100

Contact :
Coop 5 pour 100  –  20, Cours Montalivet  –  14 000 CAEN
06 30 34 49 49  –  courriel : contact@coop5pour100.com

 

 

 

 

Soutenez la Coop 5 pour 100 avec 

Soutenir la Coop avec Lilo : comment ça marche ?

Soutenir la Coop de chez-vous, c’est désormais possible avec Lilo !

 

Certains d’entre-vous ont peut-être la volonté de soutenir la Coop, mais faute de temps ou de moyens ne savent pas comment s’y prendre. D’autres sont peut-être déjà actifs à la Coop mais souhaitent l’aider encore davantage ?

Désormais, en faisant des recherches internet, vous pouvez soutenir financièrement l’activité de la Coop 5 pour 100. Le principe est le suivant : vous faites des recherches internet, récoltant ainsi des gouttes d’eau, et Lilo reverse de l’argent à la Coop 5 pour 100 !

 

Comment cela fonctionne-t-il ?

 

Lilo est un moteur de recherche qui finance des projets sociaux et environnementaux, dont celui de la Coop 5 pour 100. Pour mieux comprendre le principe, vous pouvez dès à présent regarder cette vidéo !

Les étapes à suivre pour soutenir la Coop sur Lilo :

  • Rendez-vous sur Lilo.
  • Ajoutez Lilo à votre navigateur (en cliquant sur “ajouter Lilo”, puis “ajouter l’extension”).
  • Vous pouvez choisir Lilo comme moteur de recherche par défaut, pour plus de facilité.
  • En haut à droite de la page de recherches, cliquez sur l’icône goutte d’eau. Une fenêtre s’ouvre : cliquez alors sur “distribuer”.
  • Une page s’ouvre. En faisant défiler un peu cette page vers le bas, vous verrez qu’il y a une barre de recherche sur le côté droit. Tapez “Coop 5 pour 100”.
  • Une nouvelle page s’ouvre : cliquez alors sur la Coop 5 pour 100. Vous y êtes presque ! Il vous suffit maintenant de cliquer sur le bouton “OFF”, pour qu’il passe sur “ON” et donne ainsi automatiquement vos gouttes d’eau à la Coop.
  • Effectuez autant de recherches que vous le souhaitez !

 

En faisant des recherches avec Lilo, vous permettez donc à la Coop d’accroître les financements nécessaires à son fonctionnement, sans débourser un centime ! Alors n’hésitez plus : lancez-vous ! 😉

Tricot gourmand et sauvage

Les cafés tricots de Caen se sont rencontrés à nouveau au restaurant ‘Sauvages sur un plateau’. Tout le monde était là :  les Héros du quotidien, la Coop 5 pour 100 avec le groupe “Tricothé“, et le Café des Images, avec une bonne trentaine de participants de tout âge, et… trois hommes…, tous souriants, contents et motivés ! Le soleil brillait dehors et sur les visages…

Super accueil de Sauvages sur un Plateau, qui avait préparé un buffet pour se régaler. Un moment tout simplement parfait…

Pour rejoindre le groupe “tricothé” de la Coop, contactez : ressourcerie@coop5pour100.com ou tout simplement venez avec vos aiguilles ou juste vos mains à la Coop 5 pour 100, le mercredi à partir de 15h30 !

 

Soutenez la Coop 5 pour 100 !

MON PROJET POUR LA PLANÈTE

La Coop 5 pour 100 a postulé pour obtenir un soutien financier auprès du ministère de la Transition écologique et du développement durable et notre projet a passé la première étape de sélection.

À présent, les citoyens sont appelés à voter pour le projet qu’ils souhaitent voir se réaliser ou se développer.

 

Votez pour votre coopérative, faites connaître votre initiative, diffusez vos valeurs !

Comment faire ?

Rendez-vous sur le site dédié en cliquant ici avant le 12 mai

Tricot Sauvage !

Sauvages sur un Plateau vous propose un buffet à prix libre le 17 avril de 17h30 à 20h30 ! Ce buffet sera animé par l’association Les Héros du Quotidien qui vous propose de participer à leur projet d’habillement urbain dans le centre de Caen.


Pompons pour les enfants, carrés de tricot pour les autres ! Que vous ayez deux mains gauches ou que vous soyez expert en tricot, vous être les bienvenues au resto !


Les tricoteurs des tricot-thés de la Coop 5 pour 100 seront également présents pour encore plus de partage et d’échange !

1 16 17 18 19